k+a 2012.2 : Architekturfotografie | Photographie d’architecture | Fotografia d’architettura

k+a 2012.2 : Architekturfotografie | Photographie d’architecture | Fotografia d’architettura

Dans le flot d’images numériques qui nous submerge tous les jours, les clichés « classiques » apparaissent comme de véritables lieux de méditation et de concentration. Il est étonnant de constater le rayonnement que dégagent les photos en noir et blanc dans notre univers intégralement polychrome. Si l’absence de couleur dans la photographie a longtemps été ressentie comme un grand manque, il en va autrement aujourd’hui : c’est dans l’économie des moyens que semble résider toute la force de l’image. Issue de la collection d’Alberto Sartoris, dont il est question dans la présente édition, la photo de couverture de ce numéro, prise par Wolf-Bender, exerce un envoûtement auquel il est difficile de se soustraire.

La photographie d’architecture nous permet une double expérience. En effet, ce n’est pas seulement la photo elle-même qui s’offre à la critique, mais aussi l’ouvrage représenté. Tous deux peuvent prétendre au statut d’oeuvre. Tant les photographes que les architectes en ont d’ailleurs toujours été conscients. Ainsi Le Corbusier a-t-il par exemple su habilement instrumentaliser la photographie pour mettre en scène et promouvoir sa propre production.

Les contributions de ce numéro d’été établissent de nombreux liens – qu’il s’agisse de l’article consacré au travail de Maurice Blanc, qui a fait de Lavaux le portrait d’un véritable paysage construit, ou de l’entretien avec Doris Amacher des Archives fédérales des monuments historiques, sous la garde de laquelle se trouve l’une des plus importantes collections de Suisse sur le patrimoine culturel du pays.

Je vous souhaite beaucoup de plaisir à découvrir ces différentes contributions, que complète un bref essai photographique de Christian Scholz, réalisé, sans retouches numériques, avec un appareil analogique petit format.

Michael Leuenberger et la rédaction de a + a

 

Essay | Essai | Saggio
Martin Josephy
Sehen und gesehen werden
Architekturfotografie im Wandel der Zeit

Résumé
Voir et être vu
Au même titre qu’un cliché de mode, une photographie de bâtiment peut être considérée sur deux plans: celui de la photographie elle-même et celui de l’architecture représentée, qui peuvent toutes deux revendiquer le statut d’oeuvre à part entière. Les développements techniques et artistiques qu’ont connus les deux domaines se reflètent dans l’évolution de la photographie d’architecture en tant que genre. Ce rapport ambivalent s’observe de façon particulièrement explicite dans quatre «moments» emblématiques: l’orientation documentaire des débuts de la photographie de voyage au XIXe siècle, le programme iconographique des publications d’architecture de la Modernité classique, l’interpénétration de l’architecture et de la photographie dans le domaine de l’art et, enfin, l’état des choses à l’ère de la production architecturale et picturale numérique contemporaine. Ce qui reste en tous les cas certain, c’est que, si l’on peut représenter l’architecture de multiples manières, on ne peut véritablement l’appréhender et l’expérimenter qu’en sa présence directe.

 

Dossier 1
Antoine Baudin
Alberto Sartoris, la photographie et l’architecture
Symptômes et paradoxes

Résumé
D’une ampleur exceptionnelle, la collection de photographies d’architecture collectée par Alberto Sartoris pour ses grandes anthologies du Mouvement moderne (1932-1957) reflète les principales caractéristiques historiques inhérentes au genre. Le statut problématique de ce dernier et la variété de ses fonctions trouvent une confirmation dans les autres ensembles photographiques réunis par Sartoris architecte, propagandiste et historien. A commencer par l’image ultra-sélective de sa propre production architecturale et une pratique photographique personnelle au service quasi exclusif de la tradition romane.

 

Interview | Interview | Intervista
Daniela Mondini
Fotografisches Gedächtnis der gebauten Schweiz
Ein Gespräch mit Doris Amacher, Sammlungsverantwortliche des Eidgenössischen Archivs für Denkmalpflege, Graphische Sammlung der Schweizerischen Nationalbibliothek, Bern

 

Dossier 2
Karina Queijo
L’archéologue, le peintre et le photographe
Quelques aspects de la photographie coloriée autour de 1900

Résumé
L’enthousiasme provoqué par l’annonce de l’invention de la photographie, en 1839, s’est accompagné d’une certaine déception: le monde ne pouvait être reproduit qu’en noir et blanc, et non dans son infinie variété de couleurs. Qu’à cela ne tienne: les daguerréotypes, les plaques de verre ou les épreuves sur papier ont rapidement été coloriés à la main. La pratique était particulièrement en vogue pour les portraits, mais, fait moins connu, elle a également été utilisée pour documenter les monuments bâtis lorsque ceux-ci présentaient des décors polychromes. Les Archives fédérales des monuments historiques à Berne conservent une centaine de photographies coloriées réalisées en Suisse dès la fin du XIXe siècle dans le cadre des restaurations des monuments historiques.

 

Dossier 3
Simon Baur
Dokumentation und Interpretation
Wie wird organisches Bauen in Dornach fotografiert?

Résumé
Les photographies d’époque des bâtiments organiques érigés aux alentours de Dornach offrent au spécialiste et au profane intéressé un aperçu des différentes étapes de construction des deux Goethéanums. Le premier ayant brûlé dans la nuit de Saint-Sylvestre 1922, ces clichés représentent la principale source documentaire dont on dispose à son sujet. Ils constituaient cependant aussi, pour les anthroposophes, un moyen approprié de propager leurs idées. A cet égard, il convient surtout de mentionner les photographies de Max Benzinger, d’Otto Rietmann et de Gertrud Klara Friederike Osthoff et Friedrich Wilhelm Oskar von Heydebrand. Ce sont tous ces clichés, et non, comme cela a souvent été affirmé récemment, ceux d’un unique atelier, qui ont contribué à établir le canon de l’architecture organique. Si Rietmann est le seul à avoir reçu des indications directes de Rudolf Steiner sur une période prolongée, les photographies de l’atelier Heydebrand-Osthoff ont été très largement diffusées, que ce soit par le biais de publications ou sous forme de cartes postales.

 

Dossier 4
Diana Le Dinh
Entre nostalgie et pragmatisme

Entre 1912 et 1917, dans le cadre de son mandat de Directeur des Travaux de la Ville de Lausanne, Paul Rosset, futur syndic, réunit et commente plus d’une centaine de photographies d’architecture, qui nous font plonger dans la réalité contrastée d’un espace urbain en pleine mutation.

 

Interview | Interview | Intervista
Michael Leuenberger
Von der Daguerreotypie zur modernen Fotokunst
Restauratorin Regula Anklin über die Konservierung fotografischer Bestände aus dem vordigitalen Zeitalter. Ein Atelierbesuch.

Fotokonservierung und -restaurierung sind relativ junge Arbeitsgebiete für eine Handvoll Spezialisten und Spezialistinnen in der Schweiz. Eine von ihnen ist die Baslerin Regula Anklin, in deren Atelier Objekte wie die 1230 Glasdias der städtischen Berufsberatung Zürich aus den 1920er und 1930er Jahren aus der Sammlung der Schweizerischen Gesellschaft für Volkskunde, eine Daguerreotypie von 1850 oder ein aktuelles Fotokunstwerk des chinesischen Landschafts- und Architekturfotografen Shi Guorui restauriert und konserviert werden.

 

Dossier 5
Sophie Vantieghem
La photographie dans l’oeuvre de Le Corbusier
Entre polymorphie et utilisation diversifiée

Résumé
La photographie, médium moderne et emblématique de la première moitié du XXe siècle, occupe une place essentielle et polymorphe dans l’œuvre de Le Corbusier, bien que peu connue du grand public. Durant toute sa vie, ce dernier en fera une utilisation différenciée et multiple. Ses voyages de jeunesse, et principalement le Voyage d’Orient (1911), seront l’occasion pour lui d’initier un large répertoire iconographique qu’il enrichira durant toute sa vie et utilisera comme études et expérimentations pour la réalisation de son œuvre architecturale, picturale et sculpturale. En parallèle, la photographie, ainsi que les photographes professionnels et artistiques, représentera pour Le Corbusier un magnifique outil de promotion qu’il utilisera, souvent au travers de l’édition d’ouvrages patronymes, afin de mettre en scène son œuvre bâtie et d’en contrôler l’image publique. A l’époque contemporaine, les photographes retrouvent un regain d’intérêt pour ces « ruines du Modernisme » et, avec une entière liberté, peuvent enfin présenter leur perception de l’œuvre architecturale de Le Corbusier.

 

Dossier 6
Alessandra Panigada
Scenografia della vigna
Lavaux nelle fotografie di Maurice Blanc

Résumé
Scénographie du vignoble
Surplombant le lac Léman, le vignoble de Lavaux est un paysage unique dont les structures architecturales, nécessaires à la culture de la vigne à cause de la topographie très escarpée du terrain, donnent au site un aspect homogène. Les murs et terrasses qui couvrent l’ensemble du site en constituent le trait distinctif. Dans les premières décennies du XXe siècle, le caractère artificiel de Lavaux est valorisé en tant que témoignage de la relation que les populations locales entretiennent avec leur territoire. La reconnaissance de la valeur historique et patrimoniale du paysage se traduit dans la mise en scène de son architecture et dans l’attribution d’une valeur monumentale aux murs de vigne. La photographie se révèle un moyen efficace de représenter le paysage sous ce nouvel angle, grâce à ses potentialités expressives et à la fonction documentaire qui lui est attribuée. En est un exemple la production photographique de Maurice Blanc (1910- 1989), qui témoigne de façon significative du nouveau regard posé sur Lavaux.

 

KdS | MAH | MAS

Mascha Bisping
Die Kunstdenkmäler der Schweiz

Catherine Courtiau
A l’occasion de la parution du 120e volume des MAH
Présentation officielle à Rolle, le 1er juin 2012, de l’ouvrage de Paul Bissegger – Rolle et son district

 

Aktuell | Actuel | Attuale

Zum 100. Todestag von Johann Rudolf Rahn (1841–1912)
Gedenkworte gesprochen an der Jahresversammlung der Gesellschaft für Schweizerische Kunstgeschichte am 28. April 2012 von Prof. Dr. Georg Germann

Décès du professeur André Corboz

Billet du Président
La SHAS vous remercie pour votre engagement – et en appelle à votre soutien

 

Publikationen der GSK | Publications de la SHAS | Pubblicazioni della SSAS

Schweizerische Kunstführer Serie 91
Die erste Serie 2012 der Schweizerischen Kunstführer wird im Juni an die Abonnentinnen und Abonnenten verschickt. Ein Blick auf die einzelnen Hefte zeigt die Vielfalt der Themen.

 

Auslandreisen | Voyages à l’étranger | Viaggi all’estero

Extremadura
Eine Reise durch das landschaftlich reizvolle, aber karge Grenzland zu Portugal lässt den Besucher einen unglaublichen Reichtum an hochwertigen Kunstschätzen erleben – hier entstand das Goldene Zeitalter der spanischen Kunst und Literatur. Die Armut des Landes verlockte viele zum Abenteuer nach Übersee, Eroberer wie Pizarro fanden dort Reichtum und Glück. Zurück in der Heimat, beauftragten sie die besten Kunsthandwerker, prächtige Paläste und Grabkapellen zu errichten. Diese Studienreise umfasst nicht nur Kunstgenuss und den herben Charme der Landschaft, sondern folgt auch literarischen Spuren wie Lazarillo de Tormes, einem Schelmenroman aus Salamanca, und Don Quijote.

 

Veranstaltungen | Colloques | Colloqui

Monumental ! 40 ans d’enseignement de l’histoire du patrimoine bâti à l’Université de Lausanne
Colloque international organisé par l’enseignement Architecture & Patrimoine de l’Université de Lausanne et la Société d’histoire de l’art en Suisse, Lausanne, 25-26 octobre 2012.

Grundlagen der Kunstgeschichte in der Schweiz
Von Rahn bis Wölfflin

Rückblick auf eine Veranstaltung des Kunsthistorischen Instituts der Universität Zürich und des Schweizerischen Instituts für Kunstwissenschaft (SIK-ISEA) vom 16./17. Februar 2012.

 

Bücher | Livres | Libri

 

Impressum | Impressum | Colophon

Prix
20,00 CHF
Prix membres SHAS
15,00 CHF
Type:
Buch
Illustrations
108
Nombre de pages
80
Auteurs
Diverse
Numéro d'article
K+A-2012.2
Langue
Deutsch
Französisch
Italienisch
Année de parution
ISBN
978-3-03797-048-5
Maison d'édition
Gesellschaft für Schweizerische Kunstgeschichte