k+a 2010.3 : Friedhofskunst | L'art dans le cimetière | L'arte nei cimiteri

k+a 2010.3 : Friedhofskunst | L'art dans le cimetière | L'arte nei cimiteri

«Les cimetières dans leur ensemble et les tombes en particulier sont des archétypes du mémorial. Ils montrent de manière exemplaire comment certains éléments commémoratifs issus du domaine privé – auquel la communauté ne participe que de manière restreinte – ont été intégrés dans des lieux de mémoire qui sont les symboles publics du souvenir», écrit Bernhard Furrer dans son essai intitulé Erinnerungskultur (La culture du souvenir) que vous découvrirez dans le numéro actuel de k+a. Tant sur le plan de l’histoire des civilisations que de l’histoire de l’art, le culte des monuments et le culte des morts présentent pour les initiés des relations fascinantes.

C’est ainsi qu’Ivo Zemp décrit, dans son article consacré à l’architecture des crématoriums, comment ces bâtiments témoignent de l’évolution de la société depuis le XIXe siècle jusqu’à nos jours et dénotent une perception plus distanciée de la mort et du deuil – un changement qui fait date, car il tourne le dos à l’art macabre des Danses des morts et des ossuaires de l’époque médiévale, dans lesquels on montrait aux gens, souvent au moyen d’images crues, que la vie était éphémère et la chair putrescible.

Le contraste entre les cultures funéraires protestante et catholique, illustré ici par des exemples du canton de Vaud et du Tessin, fournit pour sa part une abondante documentation artistique sur les différentes manières d’aborder la mort selon les confessions. Quant à l’article sur les cimetières juifs en Suisse, il montre que ceux-ci reflètent clairement les rapports entre la majorité chrétienne et la minorité judaïque.

La rédaction de Art + Architecture vous souhaite une lecture stimulante.
Michael Leuenberger
 




Endingen-Lengnau
Jüdischer Friedhof in Endingen-Lengnau



Assens
Le temple d'Assens



Tra le sepolture degne di nota del cimitero di Lugano
Tra le sepolture degne di nota del cimitero di Lugano



Cimitero monumentale di Balerna
Cimitero monumentale di Balerna



Adriana Baretta
Adriana Baretta



Hans Holbeins Beinhausmusik
Hans Holbeins Beinhausmusik



Frauenfigur von Els Pletscher, Schaffhausen
Frauenfigur von Els Pletscher, Schaffhausen



Winterthur, Krematorium
Winterthur, Krematorium



Wolfgottesacker, Basel
Wolfgottesacker, Basel


Dossier 1
Ralph Weingarten
Jüdische Friedhöfe in der Schweiz
Spiegelbild der Beziehungen zwischen Christen und Juden

Réssumé
Les cimetières juifs en Suisse La situation des Juifs en Suisse au cours des différentes époques historiques a également eu une influence sur leurs cimetières. Elle a déterminé leur implantation, l’aménagement des sites, l’alignement des tombes, la forme des pierres tombales et l’édification des oratoires funéraires. Après l’émancipation, l’égalité de droits du XIXe siècle, la prescription religieuse du «Repos éternel» a conduit en Suisse à des solutions tout à fait différentes en ce qui concerne l’aménagement des cimetières juifs, allant de sections juives situées dans des cimetières communaux jusqu’à des cimetières communaux privés. Selon les coutumes des différentes communautés juives, l’aménagement du cimetière et la disposition des tombes diffère. Depuis l’émancipation a également eu lieu une acculturation plus ou moins forte à l’aménagement général des cimetières, notamment en ce qui concerne la végétation et les constructions. Cependant, les funérailles et le deuil continuent à se pratiquer selon les prescriptions et coutumes juives.

Zum Thema:
SKF "Die Synagogen von Lengnau und Endingen und der jüdische Friedhof". E. Hunziker, R. Weingarten. CHF 8.- >>


Essay | Essai | Staggio
Bernhard Furrer
Erinnerungskultur
Grabmale als Archetypen von Denkmalen

Résumé
La culture du souvenir Les tombeaux sont les archétypes des monuments: ils ont pour les survivants une importante fonction commémorative. Ils occupent une place intermédiaire entre le souvenir privé et la mémoire publique. Alors que les objets, meubles ou immeubles, témoignent de la personnalité du défunt, de son être et de ses intérêts, son tombeau marque son appartenance à la collectivité – les cimetières sont des lieux de mémoire collective. Il en résulte une culture du souvenir, dont la diversité définit les communautés religieuses de la même manière que l’attitude face aux monuments caractérise les sociétés civiles.


Dossier 2
André Ribeiro, Dave Lüthi
Notre demeure éternelle
Histoire et forme du cimetière protestant: l’exemple vaudois

Dans le canton de Vaud, comme dans de nombreux autres territoires de la Suisse réformée, les cimetières se trouvent depuis longtemps isolés des agglomérations, dans une position calme et retirée. Le contraste est frappant avec les cantons catholiques où l’église demeure souvent entourée de son cimetière, selon une pratique remontant au Moyen Age. Cet éloignement s’est fait progressivement au motif de préoccupations hygiénistes, mais aussi idéologiques et politiques. Ce phénomène majeur dans l’histoire du rapport aux morts demeure peu étudié ; les cimetières vaudois du XIXe et début du XXe siècle, avec plus de 300 cas, forment un corpus exemplaire à cet égard.


Dossier 3
Simona Martinoli, Lucia Pedrini-Stanga
Arte fra le tombe
La scultura funeraria in Ticino tra Otto e Novecento

Résumé
La sculpture funéraire au Tessin entre le XIXe et le XXe siècle Cet article présente l’art dans les cimetières tessinois entre le XIXe et la première moitié du XXe siècle, en mettant l’accent sur la statuaire. Ce sont en effet les cimetières qui conservent les sculptures parmi les plus significatives des artistes actifs dans ce canton à cette période. L’art funéraire constituait pour eux une occasion d’obtenir une commande rémunérée et de s’adonner à un exercice académique. A l’intérieur d’un espace réduit et bien défini sont ainsi concentrées des oeuvres de plusieurs artistes appartenant à différentes phases stylistiques, qui confèrent aux cimetières un caractère monumental et les transforment en musées à ciel ouvert. Est ici commentée une quinzaine d’oeuvres des artistes les plus importants – de Vincenzo Vela aux frères Chiattone, d’Apollonio Pessina à Giovanni Genucchi – qui permettent de retracer l’évolution stylistique et iconographique de la sculpture funéraire tessinoise.


Nicoletta Ossanna-Cavadini
La visione ottocentesca della città dei morti e le vicende storiche del cimitero monumentale di Balerna


Interview | Interview | Intervista
Matteo Terzaghi
Ottantotto rose al cimitero
Un’artista contemporanea è invitata a intervenire in un cimitero di impostazione ottocentesca. A colloquio con Adriana Beretta, autrice dell’opera Rosa rosae rosae…


Dossier 4
Uli Wunderlich
Mors certa, Hora incerta – vom Totentanz auf dem Friedhof
Die Entstehung der makabren Kunst aus der Abneigung der Kirche gegen «heidnische» Feiern am Grab

Résumé
Les Danses macabres dans les cimetières Longtemps, les cimetières furent un lieu où l’on mangeait, chantait et dansait. L’Eglise s’étant distanciée de ces rites païens, les clercs procédèrent à un véritable renversement des coutumes traditionnelles : ils firent parler et agir les morts, afin de convaincre les spectateurs de mener une vie qui plaise à Dieu. En Suisse est attestée l’existence d’une quarantaine de Danses macabres monumentales, réalisées entre le XIVe et le XXe siècle. Beaucoup d’entre elles ont été détruites. Vingtcinq se trouvent ou se trouvaient sur le lieu même où les défunts étaient enterrés ou commémorés. Si le message de ces Danses macabres – à savoir que tous les êtres humains sont mortels – est resté le même jusqu’à ce jour, l’aspect des monuments, la composition et l’ordonnance des personnages, les motifs iconographiques ainsi que leur signification pour les artistes et les spectateurs, se sont en revanche transformés au fil du temps.


Dossier 5
Zara Reckermann
Der Waldfriedhof als Idealfriedhof
Pionierleistung und Ausdruck der Reformbewegung: der Waldfriedhof Schaffhausen.

Résumé
Le cimetière forestier de Schaffhouse Le cimetière forestier de Schaffhouse est le premier de ce type en Suisse. Il a été projeté et réalisé par Carl Werner en 1914 sur le modèle de celui créé par Hans Grässel à Munich. A l’époque, il avait déjà été établi dans le registre foncier que 60% de la surface du cimetière devrait rester boisée. Aujourd’hui, le site, très vaste, couvre 17 hectares. Les champs funéraires sont entrecoupés par de grandes surfaces plantées d’arbres traversées de larges chemins dont le tracé sinueux a été dicté par la topographie et le caractère forestier du site. Les tombes sont entourées d’une végétation locale homogène, mais les familles peuvent décider elles-mêmes de la décoration funéraire proprement dite. A noter, en particulier, le jardin du souvenir agrémenté d’une sculpture en bronze de Hans Josephson (1978) ainsi que le colombarium conçu par Brigitte Stadler et Roland Gut, construit en 1989. L’architecture du bâtiment principal, claire et d’une grande sobriété, est ponctuée de quelques rares éléments décoratifs symboliques très expressifs. La mise en exploitation de ce cimetière forestier constituait pour la population une véritable rupture avec la tradition funéraire en vigueur jusqu’alors. Depuis, cette forme de cimetière est considérée comme la solution idéale.


Dossier 6
Ivo Zemp
Die Architektur der Feuerbestattung
Krematorien als lebendiger Ausdruck der Kulturgeschichte

Résumé
Les crématoires, expression vivante de l’histoire de notre civilisation Jusque dans les années 1960, l’Eglise catholique refusait la crémation comme forme de sépulture. Ce n’est que dans le cadre du Concile oecuménique de Vatican II qu’elle fut tolérée. En Suisse, le nombre des incinérations s’élevait déjà à 50% en 1980; aujourd’hui, quelque 80% des personnes décédées sont incinérées. Comment en est-on arrivé à cette réforme des pratiques funéraires? Quelles en furent les tenants et aboutissants d’un point de vue culturel? Et comment cette multiplication des incinérations s’est-elle traduite d’un point de vue architectural? Selon l’auteur, la généralisation des formes d’incinération modernes ne peut s’expliquer que par l’évolution des conditions intellectuelles, techniques et socioculturelles. Ce sont elles qui ont permis au crématoire de se développer au point de devenir un type de bâtiment à part entière. L’article présente quelques exemples suisses représentatifs de la diversité des solutions existantes.


Dossier 7
Michael Leuenberger
Denkmalpflege auf dem Friedhof

Der Wolfgottesacker in Basel – ein Refugium wertvoller Grabmäler
1872 wurde er fertiggestellt und galt als eine der schönsten Friedhofsanlagen der Schweiz: der Wolfgottesacker an Basels Stadtgrenze. Heute liegt er inmitten eines Gewerbegebiets und steht unter Denkmalschutz. Einige der Familiengrabstätten wurden in den vergangenen Jahren sorgfältig restauriert. Eine Erkundung mit Denkmalpflegerin Anne Nagel und Grabmalberater Kaspar Hiltbrand.


KdS | MAHS | MASS
Matthieu de la Corbière
Genève, ville forte
Monuments d’art et d’histoire du canton de Genève, tome III

Interview KdS | Interview MAHS | Intervista MASS
Die Kunstdenkmäler der Schweiz – prominent mit Franz Hohler

KdS | MAHS | MASS
Praktikum bei den Kunstdenkmälern der Schweiz

Auslandreisen | Voyages à l’étranger | Viaggi all’estero
Südtoskana: Siena und sein Umland

Bücher | Livres | Libri

Impressum | Impressum | Colophon


 

Prix
20,00 CHF
Prix membres SHAS
15,00 CHF
Type:
Buch
Nombre de pages
92
Numéro d'article
K+A-2010.3
Langue
Deutsch
Französisch
Italienisch
Année de parution
ISBN
978-3-03797-444-5
Maison d'édition
Gesellschaft für Schweizerische Kunstgeschichte